04. Bronchite

Maladie de l’hiver, la bronchite est une affection respiratoire liée à un refroidissement.
Autres astuces :
De l’eucalyptus :
Certaines plantes aux propriétés antiseptiques, expectorantes et surtout sécrétolytiques sont à même d’apporter un soulagement efficace. La palme revient sans aucun doute à l’eucalyptus, dont les feuilles séchées entrent dans la pharmacopée européenne. Antiseptiques, l’eucalyptus est un décongestionnant des voies respiratoires. Il permet de mieux respirer. Aujourd’hui présent en pharmacie sous diverses formes (sirops, gouttes pour inhalations, pommades pour les frictions), l’eucalyptus peut aussi se prendre en tisane. ATTENTION toutefois à l’huile essentielle de la plante. Une dizaine de millilitres d’huile d’eucalyptus peut entrainer la mort. En revanche, à raison de 0,1 à 0,2 ml/jour, aucun risque de toxicité n’est à craindre. Cependant, les personnes atteintes d’une maladie hépatique grave ne devraient pas en consommer, ni les enfants de moins de 2 ans.
À prendre aussi sous forme de pommade, d’huile nasale, de capsules pour les inhalations, pastilles à sucer, produits pour le bain.
En pommade, l’appliquer sur le dos et la poitrine (jamais sur le visage ni les muqueuse) une ou deux fois par jour. En cas d’irritation de la peau, arrêter le traitement. L’eucalyptus se prend aussi en inhalations ou en pastilles à sucer plusieurs fois par jour, deux à trois fois par semaine, jusqu’à disparition des symptômes.
Du miel :
Tout aussi efficace pour dégarger les bronches : le miel.
Autrefois tous les sirops étaient édulcorés au miel, remplacé aujourd’hui par le sucre, probablement pour des raisons économiques, le miel étant plus cher que le sucre tiré de la betterave. Le miel a néanmoins fait scientifiquements ses preuves dans le traitement des laryngites, pharyngites et trachéo-bronchites. Le livre des Proverbes de la Bible évoquait déjà le miel « doux à la gorge et salutaire aux os ».
Riche en sels minéraux, en oligoéléments, en glucides, en vitamines B2, B3, B5, B6, B9, C et en acides aminés, il fait aujourd’hui l’unanimité autour de ses vertus thérapeutiques.
Sirop de radis au miel :
Pour faire un sirop expectorant, prendre un radis noir bien piquant. Le passer au mixeur pour en faire de la purée à mettre dans un bocal. Avant de refermer le bocal, couvrir cette purée de radis d’une couche de miel d’accacia blond, remuer et laisser au frais une quizaine de jours en prenant bien soin de fermer hermétiquement le récipient. Il suffit ensuite d’en prendre 3 à 6 cuillérées à soupe par jour afin de bien fluidifier les sécrétions.
De l’ail au lait :
Plonger deux gousses dail dans une tasse de lait froid. Porter le tout à ébullition et laisser cuire une dizaine de minutes. Boire chaud. L’ail est l’aliment respiratoire par excellence. L’huile essentielle qu’il contient possède des vertus expectorantes et antiseptiques, et ses substances soufrées, quant à elles, désinfectent les poumons.
Inhalation au citron :
Faire bouillir 75 cl d’eau. Ajouter 5 gouttes d’huile de citron. Placer la tête au-dessus de la casserole et inhaler les vapeurs. À renouveler trois fois par jour.
Frictions et compresses sur le thorax :
Avec de l’huile d’olive chaude à l’eucalyptus, à l’ail, au citron, à la lavande ou à la sauge.
Cataplasme de vinaigre de cidre sur la poitrine :
Le vinaigre, composé d’eau et d’acide (acétique), de sels minéraux, d’oligoéléments, de pectine et de bêtacarotène, est en effet réputé depuis des siècles dégager les voies respiratoires supérieures – nez, gorge, sinus – et inférieures – branches, poumons.

Source « les remèdes de grand-mères » des recettes simples et efficaces.

 

estelle47 |
zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours